Table ronde sur l’aide médicale à mourir, 27 janvier 2016

Le 27 janvier 2016, dans le cadre de ses Points de l’Actualité, l’axe Éthique et santé du CRÉ (Centre de recherche en éthique) organisait une table ronde, réunissant :

Vardit Ravitsky, (professeure de bioéthique à l’UdeM) 00:01
Daniel Weinstock (Droit, McGill) 03:39
Jocelyne St-Arnaud (Médecine sociale et préventive, UdeM) 11:30
Me Delphine Roigt (éthicienne clinique) 19:00
Sébastien Lacroix (étudiant de maîtrise en philosophie, Université Laval) 27:16
Daniel Weinstock (position) 32:10
Questions 42:15

À la librairie Olivieri situé au 5219 Chemin de la Côte-des-Neiges, Montréal.

Mise en contexte :

Le 10 décembre 2015, la loi concernant les soins de fin de vie du Québec est entrée en vigueur, faisant du Québec la première province au Canada où il est légal pour les patients en phase terminale de choisir de recevoir l’aide médicale à mourir. Au début de janvier 2016, les médias ont rapporté le premier cas de mort médicalement assisté au Québec.

Que dit la loi? Qu’est-ce que cela signifie pour les patients, les familles et les fournisseurs de soins de santé? Quelles valeurs incarnent-elles et sont-elles partagées par tous? Comment devrions-nous traiter les conflits concernant les décisions en fin de vie? Qu’est-ce qui devrait être fait lorsque les médecins refusent d’assister les patients qui demandent de l’aide pour mettre fin à leur vie?